Parodius : série


  • administrators

    Fin janvier 2024, j'avais terminé tous les Parodius (à l'exception du premier sur MSX que je devrais bientôt récupérer). Je vais donc vous livrer mon classement.

    0_1710707273698_parodius-series.jpg

    1. Jikkyou Oshaberi Parodius (Super Famicom), de très loin mon épisode préféré. La version Super Famicom a ma préférence (j'ai terminé la version Saturn également, mais je n'ai pas aimé les modifications apportées par la version 32 bits)
    2. Gokujou Parodius (Super Famicom)
    3. Parodius Da! (Super Famicom)
    4. Sexy Parodius (Saturn)

    Tests détaillés à venir ! (J'espère :laughing: )


  • administrators

    Jikkyou Oshaberi Parodius (Super Famicom)

    Jikkyou Oshaberi Parodius est tout simplement mon épisode préféré de la série ! Je l'apprécie tellement que j'ai pris la peine de le terminer en un seul crédit. Le jeu n'est pas très difficile et une pile de sauvegarde permet de conserver ses high scores. Cet opus, dont le titre pourrait se traduire par "Parodius bavard en direct", introduit des commentaires oraux en japonais en direct. Visiblement, Konami trouvait cela génial au point d'en faire un argument de vente et de l'intégrer au titre du jeu. En pratique, la plupart des joueurs (même japonisants) désactivent cette option, car ces commentaires sont irritants à la longue :laughing: Lorsque je joue, je laisse tous les paramètres par défaut, à l'exception de deux réglages que je désactive : ces fameux commentaires ainsi que la roulette (je hais la roulette dans les Parodius :laughing: ).

    0_1713125847637_oshaberi2.jpg

    Mis à part cela, cet épisode sorti un peu sur le tard directement sur Super Famicom (le 15 décembre 1995, sans passer par la case arcade, contrairement à ses prédécesseurs) se distingue par la qualité de sa réalisation, ses musiques (les meilleures de la série pour moi), son humour, et sa grande créativité. De mon point de vue, il représente le point culminant de Konami en matière de shoot-them-up parodique. Le gameplay demeure classique (mélange de Gradius pour les power-ups et de Twinbee pour les cloches), mais la représentation graphique des ennemis, leurs animations, leur comportement, et les gags sont tout bonnement géniaux ! Gokujou Parodius constituait déjà une belle évolution en matière d'humour et de délire, mais Oshaberi va encore plus loin avec ses parodies de Tokimeki Memorial, Twinbee, et Goemon (entre autres), sans jamais verser dans le mauvais goût comme peut parfois le faire un Sexy Parodius. Oshaberi est délirant, mais reste toujours classieux. En comparaison, Parodius Da! paraît très classique, voire un peu fade en termes d'humour et de créativité.

    0_1713125484590_oshaberi1.jpg

    J'apprécie quasiment tous les stages du jeu (en particulier les parodies de Twinbee et Goemon qui me parlent, en tant que fan de ces séries). Oshaberi réalise presque un sans-faute, seul le stage 6 me paraissant un peu terne (car trop sérieux) avec sa parodie de Lethal Enforcers (choix que je trouve étrange de la part de Konami). Heureusement, l'énorme clin d'oeil au puzzle game Tsuyoshi Shikkari Shinasai sur SFC, dont les personnages sont connus chez nous grâce à la série "Un garçon formidable" passée dans le Club Dorothée, sauve un peu le niveau. La replay value s'avère relativement élevée, avec pas moins de 15 personnages aux armements différents (mon personnage préféré est Memim), 8 niveaux de difficulté, un second loop plus corsé (c'est la fête de la boulette), une pile de sauvegarde permettant d'enregistrer ses high scores pour chaque perso, et la chasse aux fées (un total de 50 fées sont cachées les 8 stages du jeu).

    Un petit mot concernant la version Saturn, que j'ai également terminée et que j'apprécie nettement moins, les changements apportés ne me paraissant pas pertinents. Ils ont par exemple remplacé la Ghost Woman de Ganbare Goemon (Onna Yûrei, la femme fantôme qui lance des assiettes, premier boss de Ganbare Goemon SFC) par un perso de Taisen Puzzle Dama. Je n'apprécie pas non plus les versions restructurées des stages 6 et 7, le nouveau boss du stage 6 (un chat dans un bateau) s'avèrant inutilement long et peu intéressant.

    Note objective : 90%
    Note subjective : 93%


Log in to reply
 

Looks like your connection to supagemu was lost, please wait while we try to reconnect.